Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 18:18

 Bordeaux-St-Jacques--2-.jpg

 

De Bergerac à Villeneuve de Mezin.

 

         

 

 

JOUR 1 : de Bergerac à Montbazillac (Dordogne) 

 

Eglise Saint-Jacques, relais des pèlerins              Cyrano                 

                                                                                                                                                                                                 

Bergerac-Eglise Saint-Jacques, relais des pélerins (1)                       Bergerac-Cyrano (1)

 

 

Bergerac--3-.jpg

   

Château de Montbazillac  (XIVe siècle)      

     Montbazillac--3-.jpg            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un pèlerin désorienté....

 

Montbazillac--4-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montbazillac-chateau-XIVe-s--2-.jpg

    Montbazillac-chateau-XIVe-s--9-.jpg

 

Dégustation de vin : oui!

        hospitalité au château pour les pèlerins : non!

 

 

 

 

 

 

 

Montbazillac-chateau-XIVe-s--7-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montbazillac-eglise-avec-mur-clocher--1-.jpg

 

 

 Eglise avec mur-clocher

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montbazillac--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Jour 2 : de Montbazillac à Mandacou

 

Mandacou-tournesols--4-.jpg

 

Effet du vin de Montbazillac sur le comportement....

  

Mandacou-tournesols (5)   

 

 Mandacou-tournesols--6-.jpg                                                                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mandacou-tournesols--8-.jpg

 

 

 

Compostelle........c'est par là!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mandacou--1-.jpg

 

Jour 3 : de Mandacou à Tourette (Lot et Garonne)

 

Castillonnes-bastide-1259--1-.jpg 

 

 

 

 

Alphonse de Poitiers érigea la bastide de Castillonnès en 1259 sur un éperon qui domine la vallée du Dropt.  La maison abbatiale du XIIIe siècle borde la place carrée des Cornières.  Un clocheton original domine la place du marché couvert.

 

 

 

 

 

 

Castillonnes-bastide-1259--4-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Castillonnes-bastide-1259--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourette--1-.jpg

 

Camping au gîte équestre de Tourette

 

Tourette-gite-equestre--3-.jpg

 

 

 

Tourette-camping--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourette-camping--1-.jpg

 Repos du pèlerin et pèlerine transformée en séche-linge!

 

 

 

 

Tourette-camping-seche-linge--3-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourette-eglise-mur-clocher--1-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 Tourette-cimetiere--1-.jpg                                                                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourette-pelerins--1-.jpg

 

 Jour 4 : de Tourette à Cancon

 

De l'ancien château de Cancon édifié sur un éperon rocheux ne subsistent que quelques vestiges du mur d'enceinte du XIIe et XIIIe et la base d'une tour.  Un vaste panorama circulaire s'ouvre sur les coteaux du Haut-Agenais, plantés de vergers de pruniers et de noisetiers. Le vieux bourg est constitué d'un lacis de ruelles bordées de maisons XIVe-XVe-XVIe.

 

Cancon--4-.jpg 

 

 

 

 

 

 

Cancon--3-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cancon-glissoire--1-.jpg

 

 

 

 

glissoire pour économiser les forces!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cancon--2-.jpg

 

 Jour 5 : de Cancon à Saint-Pastour

 

Saint-Pastour--2-.jpg

 

Saint-Pastour--3-.jpg 

 

 

 

 

 

 

Saint-Pastour-pelerin--1-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Au cimetière......un caveau communautaire!

 

  Saint-Pastour-cimetiere--1-.jpg

 

  Jour 6  : de Saint-Pastour à Castelmoron-sur-Lot

 

L'ancien château Solar, de style mauresque projette sa silhouette dans les eaux calmes du Lot.  Il est entouré de nombreuses maisons à colombages en en encorbellement, la pierre et la brique sont mêlées harmonieusement.  

 

 

Castelmoron-sur-Lot--1-.jpg

 

 

  Jour 7  : Temple-sur-Lot

 

PARC DE LATOUR-MARLIAC : nénuphars, lotus, bambouseraie                                                                                                  

 

Pépinière fondée en 1875 par Joseph Bory Latour-Marliarc pour la propagation, la culture et la commercialisation de nénuphars rustiques. Le seul nénuphar rustique d'Europe était le nénuphar blanc, nymphaea alba.  En croisant cette variété blanche avec d'autres variétés sauvages originaires d'Amérique et d'ailleurs, Latour-Marliac fut capable de créer une collection de nénuphars dont la palette allait du jaune délicat au fuschsia, jusqu'au rouge intense.

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--nenuphars-e.jpgTemple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-1.jpg  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-2.jpg                                                                                                      

 

 

 

 

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1889, Latour-Marliac eut le sentiment que sa collection était assez importante pour être présentée à l'Exposition Universelle de Paris qui avait lieu cette année-là. Installés dans les jardins d'eau devant le Trocadéro, les nénuphars hybrides firent sensation et obtinrent le premier prix de leur catégorie.  Ils attirèrent l'oeil du peintre Claude Monet qui fut émerveillé et qui tomba sous leur charme.  Peu après cette expérience du Trocadéro, ce dernier fit l'acquisition de la propriété de Giverny et commença à y construire son jardin d'eau.  Une fois que l'étang de Giverny fut terminé, Claude Monet commanda une grande quantité de nénuphars à Latour-Marliac. Ce sont ces mêmes nénuphars qui devaient devenir le sujet de ses célèbres toiles, "Les Nymphéas", aujourd'hui exposées au Musée de l'Orangerie de Paris.

 

Bambouseraie

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-8.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Temple-sur-Lot. Pépinière de Latour-Marliac- né-copie-9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pots en terre cuite pour la culture et l'entretien des nénuphars, disposés autour des bassins depuis plus de 135 ans (étaient utilisés en cuisine pour préparer et conserver le cassoulet).

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-11.jpg

 

 Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-12.jpg

 

 

 

 Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-13.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nénuphars tropicaux.

Contrairement à leurs cousins rustiques, ces variétés ne poussent pas à partir de rhizomes mais de bulbes. Les nénuphars tropicaux sont connus pour leurs énormes fleurs colorées..........il faudra y retourner.........pas de fleurs en août! Le fameux lotus bleu d'Egypte est en réalité une espèce tropicale de nénuphar et non de lotus.

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-14.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-15.jpg                                                                                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Pas de fleurs mais des crapauds !!

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-16.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 Temple-sur-Lot. Pépinière de Latour-Marliac- né-copie-17                                                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les lotus.

Le lotus se caractérise par ses grosses feuilles élevées et par ses fleurs imposantes, semblables à de grosses pivoines.  Ces fleurs ne durent que 3 à 5 jours et à la fin de la floraison, il ne reste qu'un réceptacle ressemblant à une pomme d'arrosoir.  Les feuilles, racines et graines de lotus sont comestibles.  M. Latour-Marliac a popularisé les lotus en Europe grâce à ses hybrides spectaculaires et rustiques.

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-19.jpg

 

 

 

 

 

 

 Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-20.jpg                                                                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-21.jpg

 

 

 

 

 

 

Temple-sur-Lot.-Pepiniere-de-Latour-Marliac--ne-copie-22.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 8 : de Castelmoron-sur-Lot à Clairac  

Clairac--1-.jpg

 

Au Moyen-Age .......

Extrait de "Priez pour nous à Compostelle" de Jean-Noël Gurgand :

"la grande majorité des pèlerins de Saint-Jacques est faite de pèlerins à pied à qui parfois un riche cavalier prêtera sa monture pour tout ou partie de l'étape, marchant lui-même à côté en signe de pénitence. L'humble marche par les boues et les poussières, au sein d'un groupe familier est rythmée par les psaumes repris en choeur ou les chants du pays. En chemin le marcheur est à la merci de l'indigène pour une quantité de renseignements pratiques parfois vitaux : l'eau par exemple. Où en trouvera-t-on? Est-elle bonne pour les hommes? pour les animaux? Peut-on y prendre du poisson?  Au refuge, on secoue les manteaux des pèlerins au feu de la grande cheminée pour en faire tomber la vermine."

 

Clairac---pelerin--1-.jpg

 

 

Repentir du pèlerin qui a jeté une branche d'arbre pleine de fourmis sur sa compagne !!

 

 Clairac - repentir du pélerin (2)

 

 

Clairac--3-.jpg                                                                          

 

 un petit compagnon sur le camino

 

Clairac---scarabee--1-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 9 : de Clairac à Aiguillon 

 

Cultures "industrielles" de kiwis......

 

Aiguillon-confluent-Lot-et-Garonne--5-.jpg

 

  Philippe le Bel fonda la bastide française d'Aiguillon en 1300, au confluent du Lot et de la Garonne.

 

Aiguillon-confluent-Lot-et-Garonne--4-.jpg

 

 

 

 

 Aiguillon-confluent-Lot-et-Garonne--7-.jpg                                                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aiguillon-confluent-Lot-et-Garonne--8-.jpg

 

 

 

 

 

Aiguillon--1-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 10 : de Aiguillon à Lavardac 

    Vianne--bastide-de-1284--2-.jpg

 

Appuyée contre la Baïse, la bastide de Vianne a été fondée en 1284 par des représentants du roi d'Angleterre et Jourdain de l'Isle.  Ce dernier la baptisa du prénom de sa tante, Vianne de Gontaud-Biron.  Les remparts protègent encore les maisons et l'église des XIème et XIVème siècles.  Depuis l'un des angles de la grande place centrale, un tour sur soi permet de voir les quatre portes de la ville.

 

Vianne--bastide-de-1284--3-.jpg

 

 

 

 

 

 

 Vianne--bastide-de-1284--4-.jpg                                                                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 On raconte que les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle firent la célébrité de l'armagnac qu'ils découvraient en traversant la Gascogne, avant de la faire connaître à travers toute l'Europe.  Cette eau de vie avait la réputation de soigner les plaies aux pieds.  Floc (fleur en gascon) : mélange de moût de raisin blanc ou rouge avec de l'Armagnac, conservé en fûts de chêne......très bon! 

 

Vianne--bastide-de-1284--6-.jpg

 

 

 

Vianne--bastide-de-1284--7-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remèdes pour pèlerins malades  (extrait de "priez pour nous à Compostelle - Barret et Gurgand") :

 

"saignées, purgations, lavements sont les remèds les plus couramment appliqués.  D'autres sont plus spécifiques comme la toile d'araignée en boulettes contre les crachements de sang ou le bouillon de vipère donné pour purifier le sang......".

 

Vianne--lezard--1-.jpg

 

 "Elle alla chercher une grosse poignée d'orties, puis elle me tira la chemise et me coucha ventre à terre sur le lit et me fustigea les reins à merveille avec les orties, je souffris comme un malheureux; ensuite elle remit la chemise et me couvrit de couvertures, si bien que je suai 8 à 10 chemises d'eau, depuis le matin à 6 ou 7 heures jusqu'à 3 heures après-midi; alors elle fit cesser la sueur en ne me couvrant pas autant, le lendemain, la fièvre manqua, je n'en eus plus.  Mon camarade ayant vu ma souffrance ne voulut point être fustigé avec des orties, il aima mieux souffrir la fièvre" .

 

 

Vianne--bastide-de-1284--13-.jpg 

 La Baïse

 Vianne---La-Baise--1-.jpg

 

 "Le petit Bonnecaze, toujours pieds nus, saignant du nez....passe des jours difficiles.  La pluie d'un côté, la misère et la famine de l'autre tout m'accablait.  Mes camarades s'ennuyaient de moi et craignaient que je ne mourusse en chemin.  Mais il s'entête, ne se résigne pas à s'arrêter.  Etant arrivé à Viana, j'étais fort faible à cause du sang que j'avais perdu, et par la misère que je souffrais, ne pouvant marcher que lentement, mes camarades se dégouttaient de m'attendre.....".

 

 

 

Vianne---La-Baise--2-.jpg

 

 

Vianne -bastide de 1284 (8)

 

 

 

 

"Tout peut arriver en chemin.  Mais l'obstacle le plus régulier, le plus prévisible et l'un des plus dangereux reste le franchissement des rivières.  Là où les ponts existent, les péages sont coûteurx; ailleurs, il faut passer à gué ou se livrer au bon vouloir des passeurs".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Jour 11 : de Lavardac à Mezin

 

BARBASTE

 

Au carrefour de la Ténarèze, voie romaine reliant la Garonne aux Pyrénées, et de la route de Bordeaux à Auch, s'impose le moulin des Tours.  Ensemble fortifié, il est constitué d'un corps de logis central flanqué de quatre tours d'inégales largeur et hauteur.  La légende raconte que le meunier qui le fit bâtir avait 4 filles de taille différente.  La famille d'Albret en devint propriétaire et Henri IV l'hérita de sa mère.  Il aimait se faire appeler "lou moulié dé Barbaste" 

 

 

 

Barbaste--1-.jpg

   

Pont roman sur la Gélise

 

Barbaste-pont-roman--3-.jpg

 

  Barbaste-pont-roman--2-.jpg

 

  

MEZIN

 

Mezin--1-.jpg

 

 

 Eglise Saint-Jean Baptiste (XIIème - XIVème s) : statue en pierre d'un pèlerin de Saint-Jacques de Compstelle bardé de tous ses attributs, devenue l'emblème de l'association des Amis de Saint-Jacques du département............pas trouvé malgré une recherche approfondie.....mais restauration en cours....

 

Mezin--2-.jpg

 

 

 "Pour ces errants, le péril est partout.  Aux gués, aux bacs, au coin des bois où attendent les détrousseurs; dans la troupe même des pèlerins à laquelle se mêlent tous les pieds poudreux, musiciens, marchands, chanteurs, frères prêcheurs et mendiants ou, comme l'énumère un règlement de 1635, des ouvriers et garçons barbiers, tailleurs, femmes de débauche, arracheurs de dents, vendeurs d'électuaire opiacé employé contre la morsure des serpents, joueurs de tourniquet, montreurs de marionnettes.....  Parmi eux se dissimulent les coquillards, les faux moines, les faux prêtres et même les hérétiques...."  Quant aux coquillards, on appelle ainsi ceux qui se déguisent en pèlerins, arborant la coquille Saint-Jacques pour mendier ou capter la confiance de leurs victimes.  Certains suivent les jacquets pendant plusieurs étapes s'il le faut, avant de passer à l'action."

   

Musée du bouchon : saga d'une famille de bouchonniers de 1906 à nos jours - techniques de fabrication décrites.

Avant que le XIXème siècle ne vienne tapisser la région de grandes plantations de pins, s'étendait jadis au-delà de Mezin, une forêt qui mêlait chênes, châtaigniers, pins, ormes et surtout chênes-liège ou surriers en gascon.

A XIXème siècle, l'Albret était le premier producteur de bouchons en France et l'on comptait quelque 2.000 bouchonniers.  Il faut attendre 30 ans d'âge avant que le subérier ou démascleur ne puisse ôter l'écorce de liège.  L'écorce est délestée de son enveloppe extérieure, la croûte. Avec la matière restante, le liège est découpé en bandes dont la largeur définit le calibre des bouchons. Aujourd'hui, l'industrie du liège en France a du mal à faire face à la concurrence espagnole et portugaise.  

 

 

Mezin--7-.jpg

 

 

 

 

 

 

 Mezin--10-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mezin--8-.jpg

 

 

Jour 12 : de Mezin à Villeneuve-de-Mezin 

 

Villeneuve-de-Mezin--1-.jpg

 

 

La bastide XIIIème a conservé son église fortifiée ceinte d'un chemin de ronde.

   Villeneuve-de-Mezin-eglise-fortifiee--1-.jpg

 

 

 

 

 

 

Villeneuve-de-Mezin-eglise-fortifiee--3-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AGEN

 

Cathédrale Saint Caprais XIème - XIIème siècle

 Agen--1-.jpg

 

 

Agen--6-.jpg

 

Agen--7-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 BORDEAUX

 

Bordeaux--5-.jpg

 

 

 

Bordeaux--2-.jpg  Bordeaux--3-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bordeaux--4-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Garonne

 

Bordeaux--1-.jpg      Bordeaux-miroir--7-.jpg

 

 

 

 

Bordeaux-miroir--10-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Basilique Saint-Michel

 

Bordeaux--11-.jpg

 

 

 

Bordeaux--10-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bordeaux--13-.jpg

 

 

 

 

 

  Bordeaux-St-Jacques--5-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Miroir d'eau

 

Bordeaux-miroir--8-.jpg

 

 Bordeaux-miroir--1-.jpg

 

 

Place de la Bourse

 

Bordeaux--18-.jpg

 Bordeaux--19-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bordeaux--14-.jpg

 

 Bordeaux--22-.jpg

 

 

  coquille-Saint-Jacques-de-Compostelle.jpg 

Repost 0
Published by PATRICIA - dans Voyages
commenter cet article
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 19:06

001 

003

 

 

 

 

 

 

 

002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

004

006

 

 

 

   

 

 

 

007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

DANSES TRADITIONNELLES RWANDAISES.......

 

008

 

 

 

 

 

 

 

009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

010

 

 

 

 

 

 

 011

 013

 

 

 

 

 

 

012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

015

 

 

 

 

014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 018

 

 

 

 

 

 

 

 019

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

021020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

022

 

 

 

 

 

 

 

 

023

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

026

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

017

 

 

 

 

 

 

 

 

024

 

 

                                                         LES MARIES.........

 

025

 

 

 

  MEILLEURS VOEUX D'UNE VIE DE BONHEUR

 

 Proverbe africain : LA OU ON S'AIME IL NE FAIT JAMAIS NUIT. 

Repost 0
Published by PATRICIA - dans Famille
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:14


L1000003.jpg


Il était une fois……..

Le grand Saint-Nicolas, son âne et le père fouettard avaient beaucoup marché dans les montagnes des Vosges pour apporter des cadeaux aux enfants sages des villages montagnards isolés. Arrivé dans un village pas très éloigné de Gerardmer, Saint-Nicolas s’aperçut qu’il n’avait plus de cadeaux dans sa hotte et se désolait beaucoup.  Comment résoudre ce problème et faire plaisir aux nombreux enfants sages qui l’attendaient patiemment…..   Père fouettard pris l’initiative de distribuer des martinets.  La bourrique en fût tellement choquée qu’elle rua et s’échappa dans les collines à grande vitesse ne pouvant supporter cette injustice. 

L1000001
Père fouettard partit en courant à sa poursuite…..mais n’arrivait pas à rattraper l’animal.  
L1000004


La bourrique à force de courir, de grimper des pentes raides…..s’échauffait et  comme elle suivait le cours d’un ruisseau turbulent,  le grondement de cette eau vive lui donna l’idée d’en boire pour se désaltérer  lorsqu’elle fût arrivée à un pont.  Entre-temps le père fouettard a rattrapé son retard et a poussé la bourrique vers le précipice ……..que la pauvre bête dégringola à grande vitesse.   Heureusement Saint-Nicolas se trouvait au bas de la côte et fit en sorte que la bourrique ne se fit aucun mal en retombant sur ses pattes aussi souples que du caoutchouc !..

 L1000005

 

Repost 0
Published by PATRICIA - dans Légende
commenter cet article

Présentation

Page d'accueil



Je vous propose des photos sans prétention, croquées le plus souvent à l'occasion de randonnées pédestres ou en vélo....

La nature est belle, il suffit de regarder.




Recherche